Printemps en poésies

Mis à jour : 24 avr. 2019


Comment ne pas avoir envie d'écrire sur le printemps, cette saison du renouveau où les couleurs réapparaissent avec le soleil plus lumineux et chaleureux, où les gazouillis de toutes sortes d'oiseaux résonnent à nouveau ?


Je n'ai pas résisté et voici le dernier poème sorti sous ma plume (mon clavier en réalité, mais c'est moins poétique que la plume qui évoque la légèreté et la douceur, non ?).


Vous trouverez ensuite une petite sélection de 3 poèmes printaniers d'auteurs célèbres que je ne me lasserai pas de lire et relire.



cerisier au printemps


Eveil


Telles des fées de leurs cocons sortant,

Nos âmes s'émerveillent heureuses

Bercées par le mélodieux chant

De ces charmants petits êtres ailés

Cachés dans le feuillage naissant

Des fines branches des cerisiers

Qui, à nos yeux, avec légèreté

Offrent le spectacle rafraîchissant

De leurs jeunes fleurs grâcieuses.


Mary Grimoire







Le printemps sous la plume des grands poètes



Printemps de Victor Hugo, Toute la lyre


floraison printanière

Voici donc les longs jours, lumière, amour, délire! Voici le printemps ! Mars, avril au doux sourire, Mai fleuri, juin brûlant, tous les beaux mois amis!Les peupliers, au bord des fleuves endormis, Se courbent mollement comme de grandes palmes ; L’oiseau palpite au fond des bois tièdes et calmes ; Il semble que tout rit, et que les arbres verts Sont joyeux d’être ensemble et se disent des vers. Le jour naît couronné d’une aube fraîche et tendre ; Le soir est plein d’amour ; la nuit, on croit entendre, A travers l’ombre immense et sous le ciel béni, Quelque chose d’heureux chanter dans l’infini.




Nuit de printemps,

François-René de Chateaubriand , Tableaux de la nature, 1784-1790


Le ciel est pur, la lune est sans nuage :

Déjà la nuit au calice des fleurs

Verse la perle et l’ambre de ses pleurs ;

Aucun zéphyr n’agite le feuillage.

Sous un berceau, tranquillement assis,

Où le lilas flotte et pend sur ma tête,

Je sens couler mes pensers rafraîchis

Dans les parfums que la nature apprête.

Des bois dont l’ombre, en ces prés blanchissants,

Avec lenteur se dessine et repose,

Deux rossignols, jaloux de leurs accents,

Vont tour à tour réveiller le printemps

Qui sommeillait sous ces touffes de rose.


nuit de printemps

Mélodieux, solitaire Ségrais, Jusqu’à mon cœur vous portez votre paix ! Des prés aussi traversant le silence, J’entends au loin, vers ce riant séjour, La voix du chien qui gronde et veille autour De l’humble toit qu’habite l’innocence. Mais quoi ! déjà, belle nuit, je te perds ! Parmi les cieux à l’aurore entrouverts, Phébé n’a plus que des clartés mourantes, Et le zéphyr, en rasant le verger, De l’orient, avec un bruit léger, Se vient poser sur ces tiges tremblantes.










Paysage, Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal



Soleil couchant

Je veux, pour composer chastement mes églogues, Coucher auprès du ciel, comme les astrologues, Et, voisin des clochers écouter en rêvant Leurs hymnes solennels emportés par le vent. Les deux mains au menton, du haut de ma mansarde, Je verrai l’atelier qui chante et qui bavarde; Les tuyaux, les clochers, ces mâts de la cité, Et les grands ciels qui font rêver d’éternité.

II est doux, à travers les brumes, de voir naître L’étoile dans l’azur, la lampe à la fenêtre Les fleuves de charbon monter au firmament Et la lune verser son pâle enchantement. Je verrai les printemps, les étés, les automnes; Et quand viendra l’hiver aux neiges monotones, Je fermerai partout portières et volets Pour bâtir dans la nuit mes féeriques palais. Alors je rêverai des horizons bleuâtres, Des jardins, des jets d’eau pleurant dans les albâtres, Des baisers, des oiseaux chantant soir et matin, Et tout ce que l’Idylle a de plus enfantin. L’Emeute, tempêtant vainement à ma vitre, Ne fera pas lever mon front de mon pupitre; Car je serai plongé dans cette volupté D’évoquer le Printemps avec ma volonté, De tirer un soleil de mon coeur, et de faire De mes pensers brûlants une tiède atmosphère.




Si vous écrivez vous aussi des poèmes, et que vous aimeriez les partager ici, n'hésitez pas à me les envoyer à lesgrimoiresdemary@gmail.com . Je me ferai un plaisir de les publier en votre nom.


#poésie,#printemps,#éveil,#victorhugo,#chateaubriand,#baudelaire,#paysage

© 2019-2020 par lesgrimoiresdemary. Créé avec Wix.com