Le Gardien (fin)

Pour lire les épisodes précédents : 1 , 2, 3, 4



5


Une douleur vive à la cheville m’éveilla. Le froid de la nuit avait désormais glissé sur tout ce qui m’entourait. Que s’était-il passé au juste ? Je ne me souvenais que vaguement d’une brume noirâtre m’emportant …Les corbeaux ! Ils avaient disparu …seules quelques plumes perdues autour de moi étaient là pour me prouver que je n’avais pas rêvé…je n’étais pas folle ! Mais qu’est-ce que j’avais mal…Sans doute, avais-je chuté lorsqu’ ils avaient lâché leur proie, moi en l’occurrence.


Mais pourquoi m’avoir abandonnée là alors qu’ils auraient pu m’emporter à jamais à des kilomètres de là, dans je ne sais quel néant dévastateur ?


C’est alors que j’aperçus une lumière au-dessus de ma tête…très faible, mais bien présente. Une lumière rassurante, une lumière protectrice qui me procurait les mêmes sensations que lorsque je l’avais vue la première fois. J’étais si proche de lui …il me suffirait de tendre la main pour le toucher. Je me relevai, hésitante encore devant son imposante silhouette. Son appel. Je l’entendais à nouveau. Je compris que c’était lui qui avait utilisé les quelques forces qui lui restaient pour faire fuir mes ennemis à plumes.


Il semblait si fatigué. Son armure s’effritait par endroits. Ses bras ne portaient plus leurs apparats d’autrefois qui avaient dû être splendides… Malgré tout il avait fière allure et il émanait toujours de lui cette magie naturelle et puissante.


Le soleil pointait ses premiers rayons à l’horizon. Il était temps. Je tendis délicatement mes mains vers lui : mes paumes se posèrent sur son corps resté robuste. Une chaleur intense me parcourut alors, enrobant mon âme d’une douceur incomparable, j’eus l’impression que toutes les cellules qui me composaient s’évaporaient pour se mêler aux siennes. Un tout. Nous formions un tout indissociable, un tout qui se régénérait, qui reprenait vie. La vie, celle qui me paraissait si vide auparavant, explosa en moi de mille couleurs. Je compris que loin de n’être qu’une minuscule parcelle vide et sans importance dans ce monde, j’appartenais à ce tout, ce trésor inestimable…sur lequel il veillait sans relâche alors même que je l'ignorais.


Vivante ! Je me sentais vivante, et plus jamais je ne me sentirais seule. J’étais lui et il était moi. J’étais comme l’âme de cet arbre de vie, et lui était le gardien de mes nuits et de mes rêves… Je le savais enfin.


FIN


#legardien, #gardien, #fin, #âme, #untout, #tout, #appel, #armure, #trésor, #rêve

12 vues2 commentaires