Confinée

Comment je me sens pendant ce confinement ?


A vrai dire, ni mieux, ni pire qu’avant. J’ai du mal à exprimer ce que je ressens. Ce n’est pas nouveau.


En fait, je ne saurais même pas dire ce que je ressens. Mes émotions semblent pelotonnées les unes contre les autres, serrées si fort entre elles qu’elles forment une sphère aux contours irréguliers dont aucun fil ne dépasse. Aucun. Pas moyen de démêler l’ensemble. C’est un sac de nœuds inextricables.

Chaque fois que je m’en approche de trop près, cette boule nouée s’enfouit encore plus profondément, s’entourant de vide pour mieux se dissimuler.


Un vide empli d’un sac de nœuds.

Peu banal… Pas très logique, mais si réel.


Mes émotions semblent confinées pour que quiconque ne puisse les atteindre.

Pas de fil qui dépasse. Aucun. Elles sont à l’abri.



Peut-être suis-je confinée depuis beaucoup plus longtemps que ces derniers mois…depuis trop longtemps… au point de ne plus savoir où se cachent mes propres émotions, de ne plus les connaître… de ne plus me connaître. Les dévoiler, me dévoiler serait trop dangereux.


Ne rien voir, ne rien entendre, ne rien ressentir…


Et pourtant cette boule de nœuds serre ma gorge, tape dans mon ventre, s’infiltre dans ma tête, et pèse si lourd sur mes épaules… Mais aucun fil ne dépasse. Aucun. Je reste confinée, prise au piège de mes propres émotions, du vide qu’elles laissent sur leur parcours. Confinée…


Confinée en moi-même.

Confinée par les « il faut » et les « tu dois ».

Confinée par la peur.

Confinée par le regard des autres.

Oh, je suis aimée, choyée, protégée… de près comme de loin. Je vis à la campagne…mon compagnon, mon rayon de soleil, à mes côtés m’apporte l’énergie qui me manque si souvent. Mes enfants sont des sourires à cueillir ici ou à distance. Mes proches sont une bulle d’oxygène revivifiante, indispensable.



Oh oui , je suis aimée, choyée, protégée par ceux que j’aime, je choie, je protège, … j’aimerais protéger.

Je suis bien, j’essaie de l’être en tout cas, j’ai tout pour l’être.


Mais comment expliquer à ceux qui m’entourent ce que moi-même je ne comprends pas ? Comment expliquer ce vide si plein de nœuds ? Ce vide qui m’échappe et parfois m’engloutit. Je me suis confinée et ne trouve plus les clefs pour en sortir…


Confinée par les « je devrais », les « il faudrait que je ».

Confinée par cette culpabilité qui en découle.

Confinée par la peur de mes émotions.

Confinée par mes pensées.

Confinée au point de ne plus trop savoir si celle qui écrit ce post, c’est vraiment moi.


Un vide empli d'un sac de nœuds.

Peu banal…Pas très logique …et pourtant si réel.

Alors qu’est-ce que je ressens au final en ce confinement social indispensable pour se protéger de ce nouveau virus ? Qu’est ce que j’arrive à exprimer aujourd’hui malgré tout ?


Ni ce vide, ni ce sac de nœuds, ni la fatigue épuisante qu’ils créent en moi, ni ce satané virus, aucun confinement, ne m’enlèveront la seule certitude qui persiste en moi.

C’est une évidence qui me tient debout à chaque instant.


J’ai une forte envie de vivre encore longtemps avec ceux que j’aime

et que j’aimerais garder à mes côtés à jamais.



Alors prenez soin de vous, prenez soin de ceux que vous aimez, et cela qu’il y ait confinement ou pas.





#confinée, #confinement, #émotions, #noeuds, #vide, #sacdenoeuds, #vivre

21 vues2 commentaires

© 2019-2020 par lesgrimoiresdemary. Créé avec Wix.com